• à votre agenda!

    La ville « Lumière »

    20RICHTER-articleLarge.jpg

     

    Deux jours à Paris les 26 et 27 juin

    emportez votre carnet de musée...et un bic noir!

     

    P1473%20Panorama%20from%20Sacre%20Coeur%20to%20East.jpg

     

    85€ compris dans le prix :

     

    Trajet A/R en autocar, trajet Paris-hôtel en autocar, repas du soir, nuit en hôtel, petit déjeuner, trajet hôtel-Paris.

     

     

    Au programme :

     

    Mardi 26: départ à 6h30 de Huy et à 7h de Ciney

     

    gentileschi_allegoria.jpg- au Musée Maillol : « Artémisia »

     

    Artemisia Lomi Gentileschi (née le 8 juillet 1593 à Rome, morte à Naples vers 1652 ) est une peintre italienne de l' école caravagesque. Vivant dans la première moitié du XVII e siècle, elle reprend de son père Orazio la limpide rigueur du dessin en lui rajoutant une forte accentuation dramatique héritée de l'oeuvre du Caravage et chargée d'effets théâtraux.

     

    Temps libre

     

    degas-combing-hair-femme.jpgMusée d’Orsay : « Degas »

    Première grande exposition monographique consacrée à Edgar Degas (1834-1917) à Paris depuis la rétrospective de 1988 au Grand Palais, Degas et le nu participe de l'ambition du musée d'Orsay de donner à voir l'avancée des connaissances sur les grands maîtres de la deuxième moitié du XIXe siècle, après les hommages à Claude Monet (1840-1926) et Edouard Manet (1832-1883).

    Cette exposition explore l'évolution de Degas dans la pratique du nu, de l'approche académique et historique de ses débuts à l'inscription du corps dans la modernité au cours de sa longue carrière.

    Temps libre

     

    2143_Inter-Hotel_Bagatelle.jpg

    19h- rdv dans Paris pour se rendre à l’hôtel « Inter Hotel Bagatelle » Goussainville (20 min de Paris) installation et souper à 20h

    L'INTER-HOTEL Bagatelle est la solution idéale pour les clients venant à Paris pour affaires. En effet. cet établissement moderne propose de confortables chambres près de l'aéroport de Roissy et de Villepinte . Grâce à sa position stratégique à Goussainville. une banlieue verte. Paris n'est qu'à 15 minutes. Cet INTER-HOTEL dispose d'un lounge bar. ...

    20h repas du soir à l'hôtel

    avis des clients:

    "L'accueil a été très sympathique, la chambre, pour le prix était vraiment très bien, le lit confortable, la douche propre et agréable. Le petit déjeuner correct, mais sans plus. La décoration assez moderne, sobre. correct, et sympathique."

    "Bien que apparemment très fréquenté et en zone urbaine (proche Roissy6Charles de gaulle), le service est impécable. Petit bémol peut-être quant aux passages d'avions, pour les personnes très sensibles. Sinon, très bien !"

     

    Mercredi 27:départ 9h de l’hôtel pour Paris

    orangerie_003.jpgl'Orangerie : collection perm. + Nymphéas de Monet

    Comme son nom l’indique, le musée de l’Orangerie est installé dans une ancienne orangerie, édifiée en 1852 par l’architecte Firmin Bourgeois et achevée par son successeur, Ludovico Visconti pour y abriter les orangers du jardin des Tuileries...un musée étonnant!

    Temps libre

     

    Photo- Joshua White 2008-0145.jpg Centre Pompidou : « Gerhard Richter »

    L'artiste allemand Gerhard Richter naît le 9 février 1932 à Dresde.

    Gerhard Richter entreprend des études de peinture à l’Académie des beaux-arts de Dresde en 1952. A la Documenta II de Cassel en 1959 il découvre la peinture de Jackson Pollock et de Lucio Fontana.

     

    Gerhard Richter grandit sous le national-socialisme, puis vit 16 ans de communisme en Allemagne Orientale avant de s'installer en Allemagne de l'Ouest en 1961.

    À la fois photographe du quotidien et peintre, Gerhard Richter reproduit sur la toile les sujets de ses photos. C'est un fanatique de photographies en tout genre. Gerhard Richter utilise la peinture à l'huile ou la peinture laquée pour révéler, mais aussi parfois détourner, le sens de ses clichés. L'artiste joue avec les paysages, les natures mortes ou les villes immortalisés sur tirage.

     

    "Je me méfie de l'image de la réalité que nos sens nous transmettent car elle est limitée et incomplète"

    Gerhard Richter

     

     

     

    Temps libre

    18h départ pour la Belgique

     

    tumblr_lsl8exZyTm1qbp39ao1_500.jpg

     

     

    !!!! inscriptions rapides !!!!

    Le voyage se réalisera si nous sommes 30 personnes minimum

    auprès de Laurence Burvenich

    0495/66.01.58

    ou au secrétariat de Huy:

    Angélique 085/21.55.53

    0 commentaire
  • une visite avec l'atelier peinture de Namur à Bruxelles

     

    Voyage culturel Bruxelles

     

    Exposition Kirkeby , + Canvas Collectie/Collection RTBF + Villa Empain

    per_kirkeby_3.jpg

     

    Samedi 12 mai : 22 €

    Départ parking arrière de Acinapolis (Jambes) à 9H00

    7995_img1.jpg

    Programme :

     

    * Entrée et visite libre de l’exposition Per Kirkeby au Bozar (8€) et CANVAS COLLECTIE/COLLECTION RTBF (2 €)

    * Reprendre le cas à 15 h, en direction de l’avenue Franklin Roosevelt

    * 15H30 : Visite libre de la « Villa Empain » et de l’exposition « Art is the answer » (7 €)

    * Déplacement en car : 5 €

    * Coût total 22 €

    * Retour à Namur pour 18h.

    * Numéro de compte : 775-5950166-13 et en communication : nom prénom, voyage Bruxelles 12 mai 2012. Nous prévenir au préalable, par téléphone pour être certain qu’il reste des places. tel: 081/25.51.53

    * Pour plus d’information : dossier dans atelier de Jean-Pierre Gonthier ou sur internet ou en podcast « RTBF la première culture club 2/05/2012 » pour l’exposition Villa Empain.

    * Professeurs accompagnants : J-P Gonthier, S. Lestrate et C. Charlier S-D.

    * Se munir de votre carte élève.

     

    empain.jpg

    0 commentaire
  • Encore un mois...

    Lucian Freud :

    exposition posthume à Londres de 130 portraits sans concession

    lucian-freud-autoportrait-deces-358414-jpg_230381.jpg

    Il s’était promis de peindre tant qu’il en aurait la force : Lucian Freud, décédé l’été dernier à 88 ans, travaillait encore à sa dernière toile deux semaines avant sa mort, un portrait dévoilé pour la première fois à l’occasion d’une grande rétrospective à Londres.

     

    130 œuvres retraçant 70 années de travail intense d’un artiste obsédé par le rendu de la chair : la National Portrait Gallery propose « la plus grande exposition » jamais consacrée depuis dix ans au peintre britannique et la première entièrement centrée sur ses portraits et nus.

     

    Man's head (self portrait) 1963 Lucian Freud.jpg

     

    Dans son atelier, le peintre, plutôt que de recourir aux modèles professionnels, a fait défiler amis, artistes, femmes, maîtresses ou ses nombreux enfants – légitimes ou illégitimes – entremêlant vie privée et artistique.

     

    Il les a peints sans complaisance, sous un jour cru, les mettant en scène allongés par terre, sur un vieux matelas ou à côté d’un tas de chiffons, parfois jambes écartées, sexe à nu. Un travail de « biologiste », selon le peintre, qui ne dissimule ni les marques du temps, ni les chairs flasques. Freud voulait que « l’expression soit dans le corps et que la tête ne soit qu’un des membres ».

     

    La reine Elizabeth elle-même, qui a posé pour lui, n’échappera pas à ce regard aigu. L’artiste livrera un petit tableau, à mille lieux des habituelles représentations flatteuses de la souveraine. « Je n’ai jamais pu peindre des choses que je n’avais pas là, sous mes yeux. Tout est autobiographique et tout est portrait, même si ce n’est qu’une chaise », expliquait Freud.

    imgLucian_Freud1.jpg

    La confrontation de ses premières toiles avec les oeuvres de maturité permet de mesurer toute l’évolution de sa technique, devenue plus puissante, plus brutale, avec des empâtements de blanc, des coups de pinceaux plus denses.

     

    Ses modèles étaient soumis à des séances interminables, dans des poses souvent très inconfortables, façon de porter sur eux un regard renouvelé. « Il a probablement passé plus de temps à peindre ses portraits que la plupart des artistes », explique Sarah Howgate, commissaire de l’exposition. Il lui aura ainsi fallu 130 heures pour celui du peintre David Hockney.

    1731129288.jpgParmi ces modèles, Sue Tilley, employée d’un centre d’allocations sociales, à laquelle le peintre a consacrée plusieurs toiles, dont une représentant cette femme très plantureuse, endormie sur un canapé comme une monumentale odalisque. Elle s’est vendue en 2008 35 millions de dollars, un record absolu pour une œuvre du vivant de son auteur….

    lucian-freud_312.jpg

    Très riche, Freud vivait simplement dans une maison de Londres, avec son atelier à l’étage.

     

    Né en 1922 à Berlin, il avait émigré à Londres dès 1934 avec ses parents, pour fuir le nazisme. Son grand-père, le psychanalyste Sigmund Freud, les avait rejoints en 1938. Fêtard et joueur dans sa jeunesse, il s’est consacré de plus en plus à la peinture avec l’âge.

     

    Sa dernière œuvre, il l’a commencée près de quatre ans avant sa mort. Et n’a pas réussi à l’achever, bien qu’il ait continué à peindre jusqu’à ce que ses forces l’abandonnent. A la fin, au lieu de ses cinq heures de travail matinal habituel, il « peignait une demi-heure et devait s’arrêter », a raconté son assistant et ami David Dawson. C’est lui qui pose nu dans cet ultime témoignage, étendu à côté d’un chien, thème récurrent chez Freud pour rappeler l’animalité de l’être humain.

    « Freud est un des grands peintres figuratifs de la seconde moitié du XXe siècles », estime Sandy Nairne, directeur du musée. « A cette époque, beaucoup d’artistes s’engagaient dans d’autres voies. Lui est resté fidèle à son idée que l’humain était le plus important sujet de la création artistique ».

     

     

    119412.jpg

    Lucian Freud Portraits du 9 février au 27 mai, National Portrait Gallery à Londres

    1 commentaire