• Métier du peintre...

    Ce mercredi 25 avril, à l'atelier, nous avons renoué avec le métier de peintre " primitif flamand"

    voici un résumé pour ceux qui n'ont pas eu la chance de découvrir et pratiquer la technique

    colle-de-lapin-255.jpg

     

    Colle de peau de lapin en plaques ou en grains.

     

    La colle de lapin est utilisée depuis longtemps dans de nombreux domaines.

    Additionnée d'eau, de blanc de meudon, ou de pigments pour fabriquer de la peinture ou des enduits colorés.

    Sa grande souplesse permet aussi son utilisation pour enduire des toiles. Pour "marouffler " papiers, tissus, toiles...

     

    Colle%20de%20Peau%20de%20Lapin%20en%20Plaques2.jpgL'aspect des colles de peaux: poudre, flocon, granulé, plaque

    ici, concassez la colle en plaque en petit morceaux, placez dans un bocal Pyrex.

     

    En grains ou en plaques ?

     

    Certains préfèrent les grains car il est plus facile de mesurer leur poids et de les réduire en poudre. Par contre, quelques auteurs affirment que les plaques sont plus pures, à vérifier!

     

     

     

    61276090_p.jpgrecette

    Faire tremper 100gr de colle de peau de lapin dans 1 litre d'eau la veille.

    Faire chauffer la colle+eau dans un pot Pyrex, au bain-marie, en tournant régulièrement.

    NE PAS FAIRE BOUILLIR LA COLLE

    Appliquez une ou deux couches de colle pour la première étape: l'encollage. Séparons ainsi le bois du reste de la couche picturale, collons également de la fine toile, papier, textures fines: sable fin, sciure de bois.

     

     

     

     

    image.jpgRéchauffement

    La colle se réchauffe au bain-marie, bien mélanger régulièrement afin d'éviter la formation d'une peau à la surface. Donc à feu doux, et avec un œil dessus...

     

    La colle de peau refroidie, devenue "gel" se conserve 4 ou 5 jour au frigo.

     

    Rappel : la température de liquéfaction de la colle de peau est ≥ 37°C.

     

     

     

    imagesCAR0BRJZ.jpgLa colle s'applique à chaud (elle se gélifie en refroidissant) . Il vaut mieux éviter de la réchauffer trop souvent: le truc, une fois qu'elle est préparée et encore chaude, est de la répartir dans plusieurs petites bouteilles en verre (type bouteille de jus de fruits); on ne réchauffera ainsi qu'une petite quantité à la fois.

    Le mieux est d'avoir un chauffe-biberon, dans lequel on fera réchauffer cette petite bouteille (s'assurer qu'elle a la bonne taille).

    colle-de-lapinou-003.jpg

    Une estimation du nombre de supports enduits avec 1 l de colle +/- 4 m2

     

    Préparation du "gesso"

     

     

    platreamorphe_clairefressynet.JPGQu'est-ce que le "gesso"?= primer

    Les anciens gessos


    Gesso, dans plusieurs langues européennes, signifie plâtre. Le plâtre amorphe, les marnes (blancs naturels - blanc de Meudon) et craies mêlés à des colles (colle de peau, tempera, caséine) ont servi longtemps comme apprêts blancs ou comme badigeons, tant en peinture artistique que décorative, en dorure et en ébénisterie.

    pinceau-colle-de-peau-e1331889774625.jpgL'étape suivante, c'est la pose de la PRÉPARATION. Elle permet une meilleure accroche de la peinture, mais aussi d'avoir une surface plus ou moins lisse (et quand on aime les détails, c'est beaucoup plus confortable de travailler sur une surface très lisse). Fabriquer soi-même sa "préparation maigre" permet le ponçage, impossible avec les préparations toutes prêtes vendues dans le commerce, appelées "gesso".

     

    Et l'ingrédient de base dans ces deux étapes, c'est LA COLLE DE PEAU.

    Appliquez le mélange à l'aide d'un pinceau poils doux, splater ou couteau de peintre. Fine couche.Poncez entre les couche si vous désirez obtenir un surface lisse.

    blancdemeudonversionweb.jpgPlacer dans 1 litre de colle (100gr colle+1l d'eau) 400 gr de blanc de Meudon= fond blanc cassé. Bien mélanger la substance, si nécessaire filtrez afin d'en retirer d'éventuels grumeaux...

    Utiliser des pinceaux souples si vous désirez une surface bien lisse, ou poncer entre les couches sèches.

    Ci- contre le blanc de Meudon, craie finement broyée.

     

     

    pigmentsblancs2versionweb.jpgPlacer dans 1 litre de colle (100gr colle+1l d'eau) 300 gr de blanc de Meudon+100gr de blanc de Lithopone= fond bien blanc.

     

    Gessos contemporains :Meudon+Lithopone

     

     

    Application_enduit.jpgAppliquez le mélange à l'aide d'un pinceau poils doux, splater ou couteau de peintre. Fines couches.Bien attendre que les applications soient sèches avant d'en superposer d'autres.

     

     

     

    Poncage_papier.jpgPoncez entre les couches si vous désirez obtenir un surface lisse. Placez 3 ou 4 couches, certains en place bien plus mais ça devient du vice!

     

    Votre support est encollé, et enduit, il ne lui reste plus qu'à être peint:

    - à la Tempera

    -à l'huile

    - à l'encaustique et patine de cire+ pigments

    Car si ce support est préparé de manière traditionnelle et naturelle, autant travailler avec les techniques qui le sont aussi, on ne va pas peindre à l'acrylique sur autant de préparation!

    50P46.gif

    0 commentaire
  • Le 13 mai 2012

    un concert émotion

    Jenkins.jpg

    un concert très prenant, une puissance, une émotion assurée!
     
    d'ailleurs on en dit ceci:


    “ The music of Karl Jenkins is a gift to humanity. ”

    "La musique de Karl Jenkins est un don à l'humanité "
    Terry Waite

     
    un extrait de "L'homme armé":
     
     
     
    JenkinsConducting72.jpgLa messe du compositeur gallois Karl Jenkins (1944- ...), "The Armed Man: A Mass for Peace",
    a été composée en 1999 en réponse à une commande des armureries royales britanniques qui fêtaient
    le millième anniversaire de leur création, et était initialement dédiée aux victimes de la crise du Kosovo.

    Les chants incluent des textes d'origines variées
    • islamique (l'appel à la prière),
    • biblique (des psaumes),
    • chrétienne (l'ordinaire de la Messe),
    • ainsi que des textes de Rudyard Kipling, d'Alfred Lord Tennyson ou encore d'un survivant d'Hiroshima.

     

    http://www.youtube.com/watch?v=Z8VlZOg9iv4&feature=relmfu

    Durant tout le concert, projection du film "l'homme armé"

    Armed%20Man%201%20cut.jpg

    Dans le chœur, parmi la centaine de voix, vous reconnaîtrez certainement un regard généreux, un sourire authentique,

    une voix enthousiaste, celle de Margo...

    Liste des chants:

     

    1. "The Armed Man" – 6:25
    2. "The Call to Prayers (Adhaan)" – 2:04
    3. "Kyrie" – 8:12
    4. "Save Me from Bloody Men" – 1:42
    5. "Sanctus" – 7:00
    6. "Hymn Before Action" – 2:38
    7. "Charge!" – 7:26
    8. "Angry Flames" – 4:44
    9. "Torches" – 2:58
    10. "Agnus Dei" – 3:39
    11. "Now the Guns Have Stopped" – 3:25
    12. "Benedictus" – 7:36
    13. "Better Is Peace" – 9:33

    http://www.youtube.com/watch?v=bhKC8CUZjY0

    Karl Jenkins
    The Armed Man: A Mass for Peace
    for soloists, chorus & orchestra
    film « The Armed Man »
    dedicated to the victims of Kosovo (diffusion simultanée au concert)


    13 mai 2012 10 h 30 et 16 h 00
    Choeur de garçons « Pueri Cantores » et Choeur de chambre du Conservatoire de la Ville de
    Luxembourg | Ensemble vocal de l’Académie de musique de Dinant | Orchestre de chambre
    du Conservatoire | Direction : Pierre Nimax jun.

    Conservatoire de la Ville de Luxembourg :

     

    Auditorium du Conservatoire

     

    33, rue Charles Martel

     

    L - 2134 Luxembourg

     

    T +352 47 96-52 03 begin_of_the_skype_highlighting +352 47 96-52 03 end_of_the_skype_highlighting begin_of_the_skype_highlighting +352 47 96-52 03 end_of_the_skype_highlighting


    conservatoire@vdl.lu

    renseignements & réservations

     

    icket@pt.lu / www.luxembourgticket.lu
    Eintritt 10 € / 5 € « KULTURPASS »

     

    ArmedManDVDlargeopt.jpg

     

     
    0 commentaire
  • Au mois de mai à l'atelier:

    Le bleu ne fait pas de bruit...

    6_07.jpg

     

    A l’atelier : Tout notre mois de mai s’articulera autour du bleu, techniques anciennes…Pour la fin mai, j’attends avec impatience :-Vos recettes de bleu, vos mélanges de différents pigments dosés -Vos créations à partir de ce bleu personnel et d’autres couleurs industrielles,

     

    -Formats 20x 20 cm, sur bois mdf de 0,8 mm d’épaisseur (ou qui s’en approche)

     

    -Les photographies de ces créations bleues

     

    -Un texte d’impressions, poésie, citation, extraits divers autour du BLEU

     


    Le tout doit m’être envoyé par e-mai:laurenceburvenich@hotmail.com

     

     

     

    afin de créer notre livre de recettes de bleu d’atelier

     

     

    imagesCAC9SZD4.jpg

     

     

     

     

    Un peu d’Histoire…

     

     

    Le bleu, prédominant dans nos sociétés occidentales, est la couleur qui rassure, qui ne fait pas d'éclat, qui se confond avec la couleur du ciel. Garante d'un conformisme absolu, elle a cependant eu du mal à légitimer sa place dans l'arc-en-ciel.

     

    À l'Antiquité

     

    Le bleu n'était tout simplement pas considéré comme une couleur. Trois raisons principales à cela :

     

    • Pas de bleu dans nos assiettes ! Ou alors, c'est que l'hygiène est suspecte... Méfiance, donc, avec le bleu !
    • Dans le ciel, le bleu se confond avec le gris et dans la mer, avec le vert... Comment croire qu'il s'agit d'une véritable couleur stable ?
    • Il est difficile de trouver dans la nature les pigments pour le reproduire. L'absence de bleu dans les textes anciens est telle que les philologues du XIXe siècle pensaient que les yeux des Grecs ne pouvaient pas discerner le bleu ! Avec une exception toutefois : l'Egypte des pharaons, où le bleu était censé porter bonheur dans l'au-delà.
    • images.jpg

      ci-dessus: lapis lazuli

     

    Au temps de Jésus

     

    Dans la Bible, peu de place est faite au bleu aussi. Les couleurs nommées par l'Église sont le noir, le blanc et le rouge). Tout change lorsque le dieu des chrétiens devient un dieu de lumière... or la lumière devient bleue (il n'y a qu'à observer une flamme de bec de gaz pour s'en apercevoir !). Du coup, la Vierge devient le premier argument publicitaire du bleu !

     

    Au Moyen Âge

     

    A cette époque, la société commence à se diversifier, ce qui entraine un besoin de classification, de rangement (c'est aussi la naissance des armoiries, des noms de famille...). Or les 3 couleurs de base jusque-là établies ne suffisent plus à donner un ordre aux choses, un rang aux personnes. On ajoute donc 3 autres couleurs, dont le bleu...

     

    Du Moyen Âge au XVIIe siècle

     

    Le bleu gagne alors du terrain dans la course à la classification des couleurs. Et cela se fait de façon très simple : puisque la Vierge s'habille en bleu, les rois le font aussi ! D'abord Philippe Auguste, puis Saint Louis... Et en trois générations, le bleu déteint aussi sur l'aristocratie, par imitation, ou par mode pour parler en langage moderne. Du coup, les tableaux, les vitraux et les enluminures se teintent de bleu et la couleur se répand dans toutes les couches de la société.

     

    À partir du XVIIIe siècle

     

    Le bleu est alors la couleur préférée des Français et des Européens. Sa technique de fabrication, autrefois coûteuse (on utilisait le cafre ou bleu de cobalt pour les teintures bleues, la coque d'une plante cultivée à Amiens, Toulouse, en Thuringe et en Toscane) évolue et devient plus démocratique grâce, d'une part, à un pharmacien berlinois qui invente par accident le bleu de Prusse et d'autres parts, par les importations massives d'indigo en provenance d'Amérique centrale et des Antilles au moment des grandes découvertes.

     

    Du XIXe siècle à nos jours

     

    Le bleu, devenu une couleur plus facile à obtenir en teinture et donc plus couramment utilisée, la montée de sa popularité est encore accentuée avec la montée du Romantisme : le héros de Werther s'habille en bleu, Flaubert habille Madame Bovary de bleu les jours où elle est mélancolique... Et suivra, en musique, l'apparition du blues, dont la fameuse "note bleue" donne la couleur mélancolique à ce genre de musique.

     

    Le sommet du bleu est atteint en 1850 lorsqu'un certain monsieur Levi-Strauss, tailleur à San Francisco, invente un pantalon en toile jute, de couleur bleue - car la teinture à l'indigo a cela de pratique et économique qu'elle peut se faire à froid, à la différence d'autres teintures - : c'est le premier jean, utilisé comme "bleu de travail" et qui sera bientôt porté par les hommes comme par les femmes...

     

    images02.jpg

     

     

    La place du bleu dans l'arc-en-ciel

     

    En politique, le bleu fut d'abord la couleur des Républicains, mais il a été "poussé" vers le centre jusqu'à finir à droite par le rouge des socialistes et des communistes. Après 14-18, le bleu était devenu symbole de conservatisme.

     

    Et il est étonnant de constater comment il a de nos jours perdu la force symbolique - et religieuse - de ses débuts. Sélectionné, par exemple, pour les drapeaux de l'ONU et de l'Union européenne par élimination des autres couleurs (qui portaient trop de symboles qui ne convenaient pas un ensemble de nations), le bleu semblait seul ne pas froisser l'un ou l'autre pays...

     

    Paradoxalement, ayant perdu de sa force, on peut donc en faire un usage non modéré... d'où son omniprésence !

     

     

    picasso-bluenude.jpg” Quand je n’ai pas de bleu, je mets du rouge…” Picasso

     

     

    Le petit livre des couleurs, Michel Pastoureau et Dominique Simonnet, Point Poche.

     

    1.– De l’Antiquité au 12e siècle, le système de base est tripolaire : le blanc s’oppose au noir et au rouge, qui est « la » couleur par excellence. Ce très ancien système chromatique sert, par exemple, au regroupement trifonctionnel des classes dans la Rome antique, et on le retrouve au Moyen Âge dans la littérature, les fables, les contes (la plus ancienne version du Chaperon rouge remonterait à l’an mil, p. 82). Le lexique des bleus est, en latin, imprécis et instable. Cela ne veut pas dire que les Romains ne voyaient pas le bleu : la rétine humaine n’a pas changé de structure ! Mais la couleur bleue est « silencieuse », c’est-à-dire non intégrée à un système de valeurs (et plutôt associée aux barbares, Celtes et Germains, p. 27).

     

    2.Le bleu change de statut au 11e siècle. Il se fixe, dans l’iconographie, comme couleur du manteau de la Vierge. D’abord religieux et marial, il éclate dans les vitraux gothiques (p. 52). Puis il entre en politique : les armoiries familiales des Capet (fleurs de lys sur fond d’azur) deviennent l’emblème du roi de France vers 1130 (p. 60). Le rouge reste impérial et papal, mais le bleu devient royal : c’est la couleur du légendaire roi Arthur. Sa vogue peut même se mesurer : vers 1200, l’azur n’est présent que dans 5 % des armoiries ; vers 1400, la proportion est de 30% (p. 57). Le rouge a gagné un nouveau contraire (p. 83). Les teinturiers en bleu détrônent, dans la corporation, ceux du rouge (pour une belle « mise en roman » de cette lutte dans l’Albigeois vers 1440, voir M. Bleys, Pastel, Paris, Gallimard, 2000).

     

    3.– Entre les 15e et 17e siècles, le bleu devient une couleur « morale ». Les lois somptuaires prolifèrent, qui régissent entre autres le vêtement, « premier support de signes dans une société alors en pleine transformation » (p. 88). Il y a des couleurs interdites, et des couleurs prescrites, notamment pour marquer ou stigmatiser. Mais on ne stigmatise pas en bleu : ni prescrit ni interdit, le bleu est libre (p. 93). La Réforme protestante, qui est iconoclaste mais aussi « chromoclaste » (p. 100), assure la promotion du noir vestimentaire. Le bleu en profite et devient une couleur « honnête ». Une nouvelle sensibilité chromatique s’installe : le noir et le blanc quittent l’univers des couleurs. Quand Newton prouve scientifiquement le fait (expérience du prisme, 1666), la mutation culturelle avait anticipé ce changement (p. 208). Et on peut encore voir dans la non-couleur de beaucoup d’objets industriels autour de 1950 (noir des voitures, blanc des appareils ménagers) la marque de cette éthique protestante du capitalisme.

     

    4.Enfin, du 18e au 20e siècle, le bleu triomphe. L’invention, vers 1720, de la gravure en couleurs prépare la réorganisation du système autour de la triade rouge/ bleu/ jaune, futures couleurs primaires (p. 121). Les bleus se diversifient. Côté matériel, la guerre des deux bleus tinctoriaux (pastel européen contre indigo exotique) se lit dans les règlementations étatiques et les luttes coloniales. Vers 1710, une fraude commerciale donne naissance à un nouveau pigment, le bleu de Prusse (p. 133). Goethe (Traité des couleurs, 1810), réaffirme contre Newton la forte dimension anthropologique de la couleur : « Une couleur que personne ne regarde n’existe pas » (p. 138). Et c’est lui aussi qui, avec l’habit bleu de Werther (1774), lance le bleu romantique, celui de la « petite fleur bleue » de Novalis, couleur de la mélancolie et du rêve qui aboutira vers 1870 au « blues » anglo-américain.

     

     

     

    yves-klein-mourant50.jpgLe coin poétique…

     


    Le bleu ne fait pas de bruit.

     

    C'est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l'attire à soi, l'apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu'en elle il s'enfonce et se noie sans se rendre compte de rien.

     

    Le bleu est une couleur propice à la disparition.

     

    Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l'âme après qu'elle s'est déshabillée du corps, après qu'a giclé tout le sang et que se sont vidées les viscères, les poches de toutes sortes, déménageant une fois pour toutes le mobilier de ses pensées.

     

    Indéfiniment, le bleu s'évade.

     

    Ce n'est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l'air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l'homme que dans les cieux.

     

    L'air que nous respirons, l'apparence de vide sur laquelle remuent nos figures, l'espace que nous traversons n'est rien d'autre que ce bleu terrestre, invisible tant il est proche et fait corps avec nous, habillant nos gestes et nos voix. Présent jusque dans la chambre, tous volets tirés et toutes lampes éteintes, insensible vêtement de notre vie.

     

    Jean-Michel Maulpoix© Mercure de France, 1993

    0 commentaire
  • excursion à Charleville

    déroulement de la visite

    Le mardi 24 avril 2012

     

    Indian_pigments1.jpg

     

    rendez-vous de l'autocar:

    7h45, en face de l'aca de Huy

    8h30, sur le parking du haut de l'aca (Château St Roch) terrain de foot.

     

    Arrivée Charleville prévue à 10h30

    prévoir sa carte d'étudiant, gratuité.

    2 activités sont proposées:

    - Musée de l'Ardenne Place Ducale

     
    exposition temporaire:
    "Aqua Globalis" de Zwen Hoffmann

    collections.jpg

    exposition de photographies, thèmatique de l'eau...

    Biografie


    Sven Hoffmann, Jahrgang 1965, studierte Malerei und Photographie an der renommierten Universität der Künste in Berlin.

     
     

    Localisation

    31, Place Ducale
    08000 Charleville-Mézières
     

    Informations de contact

    Tel : 03.24.32.44.60
     
     
     
     
     

    aqua-globalis_detail_368px.jpgDescription exposition permanente:

    Le Musée abrite des collections d'objets de l'époque gauloise et mérovingienne, des plans reliefs de la ville, des productions de la manufacture d'armes et une collection de monnaies. Il conserve également les vitraux démontés de la Villa Marcadet du nom du propriétaire d'une ancienne usine (fin 19e) florissante de boulonnerie : 6 remarquables dessins sur verre réalisés selon la technique de la grisaille illustrant les scènes du travail de la boulonnerie.

    - Le Musée Rimbaud:

    Quai Arthur Rimbaud
    08000 CHARLEVILLE-MEZIERES
    Tél : 03 24 32 44 65

    Musée Arthur Rimbaud


    Le musée Arthur Rimbaud, installé dans un moulin du XVIIe siècle, à quelques pas de la maison du poète, évoque la vie et l’œuvre poétique de l’artiste, ainsi que ses voyages.

    Au fil des collections, on découvre des originaux comme le sonnet " Voyelles ", ou l’esquisse du " Coin
    de table " de Fantin-Latour, ainsi que des travaux d’artistes ou les nombreux écrits suscités par l’œuvre du poète.

    Tout à côté, dans la "Maison des ailleurs" (maison qu’habitait Arthur Rimbaud et sa famille), au sein d’un espace dédié au voyage, le visiteur est invité à suivre son propre parcours, au gré de projections de films et de textes lus…

     


    mr1.jpgInformations pratiques :

    Horaires

    Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10h à 12h et de 14h à 18h

    Tarifs

    Tarif unique 4€ (tarif réduit 2 €) permettant de visiter le musée de l’Ardenne et le Musée Rimbaud.
    Gratuité pour les moins de 18 ans, étudiants et de demandeurs d'emploi.
    Entrée gratuite pour tous le premier dimanche du mois.

    Temps de midi libre (nombreuses brasserie, crêperie, resto sandwiches...)

    Rendez-vous (lieu à définir) à 14h afin de nous rendre au Moulin aux couleurs d' Ecordal

    à Ecordal:

     

    logo.jpg

     

    visite de la fabrique+ quelques précisions autour du "Bleu"

    achat de pigments, si mauvais temps pensez à prendre des bottes en caoutchouc afin de ne pas salir l'autocar...

    retour vers la Belgique...

    bleu_outremer.jpg

    51.jpgci dessus, le bleu outremer.

     

    Dans l'autocar, découvrez le reportage "Bleu" du musée Provincial de Namur, l'épopée de cette couleur à travers l'histoire et ses trésors, la société archéologique porte un "Regard sur le bleu".

     

     

    Turquoise, saphir, lapis et autres minéraux bleus dans l'art et l'archéologie...

     

    Bon voyage et bonnes découvertes!

     

     

    découvrez les sites de nos découvertes:

    plan touristique de a ville:

    http://www.charleville-mezieres.org/documents/plantouristique.pdf

    info tourisme Charleville:

    http://www.charleville-mezieres.org/indexpc.php

     

    le musée de l'Ardenne:

    http://www.tourisme-champagne-ardenne.com/visites/patrimo...

    le photographe Zwen Hoffmann:

    http://www.aquaglobalis.com/

    Le musée Rimbaud:

    http://musees-de-france-champagne-ardenne.culture.fr/muse...

     

    la fabrique de pigments à Ecordal:

    http://www.moulincouleurs.fr/

    découvrez un extrait du reportage " des racines et des ailes"

    http://www.dailymotion.com/video/xdtdjz_le-moulin-a-coule...

     

    0 commentaire